Levants

Par Nicolas Presl

Hors Collection

336 pages en quadrichromie

15.5×21 cm

35 Chf/29 €

Cartonné

978-2-88923-062-4

Sous le regard amusé d’une femme voilée, un homme se déshabille et plonge dans la rivière. Furieux de ce regard interdit, l’homme la poursuit jusque dans son foyer. Lui, vendeur itinérant, voyage à travers le pays dans un camion rempli de cartons, s’arrêtant au gré des rencontres. Elle, mystérieuse, cache un passé empli de douleurs, un passé fait de musique, de contes mais aussi de violence – et c’est là, quelque part, que réside la raison de sa main droite amputée de ses cinq doigts.
Le temps d’un voyage, ces deux vies-là vont se rapprocher, et croiser bien d’autres vies, bien d’autres histoires, et bien d’autres destins. Alors, à la manière des Milles et une nuit, plusieurs récits et contes vont se suivre et parfois se répondre, dans une variation moderne et éminemment politique; des histoires qui jaillissent de mélodies passées, pendant que des bombes explosent, au rythme des accords de vies dissonants.
Sans lourdeur ni moralisme, Nicolas Presl aborde et questionne à travers ces pages des thèmes comme la place de la femme dans une société patriarcale, l’influence de la religion, mais aussi la complexité du sentiment amoureux.
Désormais converti à la couleur, mais toujours sans texte, Nicolas Presl livre avec Levants son œuvre la plus complexe à ce jour, mais sans doute aussi la plus fine, de par le nombre de récits qui s’y entremêlent, mais aussi de par son regard, toujours à hauteur d’homme, qui semble vouloir comprendre et dire, bien plus qu’expliquer ou juger.

LUPUS édition 2017

Par Frederik Peeters

Hors Collection

400 pages en noir & blanc

20×26.5 cm

42 Chf/36 €

Cartonné

978-2-88923-063-1

Les précédentes éditions de cette «intégrale» de Lupus étant désormais épuisées, voilà donc une nouvelle chance de découvrir un des titres phares du catalogue atrabilaire, et ce coup-ci dans une maquette passablement repensée, et à un prix sensiblement plus bas.
Pour rappel: bien avant Aâma et peu après Pilules bleues, Frederik Peeters s’est frotté à la science fiction avec Lupus, désarçonnant alors certains de ses lecteurs, avant d’en gagner bien d’autres. A travers Lupus, Frederik Peeters va trouver une nouvelle façon d’aborder l’intime, délaissant une certaine forme de naturalisme pour projeter des questionnements qui lui sont chers dans un décor de SF, évoquant tout au long de ces 400 pages certains de ses sujets de prédilection.
Pourchassé par les sbires du mystérieux père de Sanaa, jeune femme avec laquelle il cavale à travers l’univers, Lupus n’en finit plus de s’enfuir, mais cette fuite en avant va rapidement prendre la forme d’une quête intérieure dont il ne sortira pas indemne.