Bile Noire 18

Par Peggy Adam Ibn Al Rabin Baek Jong-min Baladi Martin Cendreda Chihoi Yan Cong Bendik Kaltenborn Kolbeinn Karlsson Kim Hanjo Andréas Kündig François Olislaeger Frederik Peeters Nicolas Presl Nadia Raviscioni Helge Reumann Xavier Robel Martin Romero Agur Schiff Gilad Seliktar Michaël Sterckeman Pierre Wazem

Bile noire

248 pages en noir & blanc et en quadrichromie

21 x 28.5 cm

Broché

37 Chf/25.40 €

ISBN 978-2-940329-79-3

Parution en février 2011

Répétez après moi : Bile noire est beau. Bile noire est grand. Bile noire est important. On l’a déjà dit mais on le redit encore : Bile noire représente une opportunité unique pour bien des auteurs d’essayer des choses qu’ils n’auraient pas pu faire ailleurs. Et c’est également une chance pour d’autres d’être publiés pour la première fois. Pour ce numéro 18, on trouvera sur près de 250 pages une vingtaine d’auteurs venus des quatre coins du monde. On pourra y lire plus particulièrement de nombreux récits « longs », dont la suite des chroniques familiales de Kim Hanjo, les premières apparitions en français de Baek Jong-min (Corée), Bendik Kaltenborn (Norvège), Yan Cong (Chine), Martin Cendreda (USA), Martin Romero (Espagne), et puis encore des pages signées par des auteurs (plus ou moins) habitués de la revue, comme Peggy Adam, Chihoi, François Olislaeger, Helge Reumann, Ibn Al Rabin, Nadia Raviscioni, Nicolas Presl, Gilad Seliktar, Baladi, Michaël Sterckeman, Xavier Robel, Pierre Wazem, Andréas Kündig ou Frederik Peeters. Bile noire continue donc dans sa version annuelle à présenter un savant mélange de révélations et d’auteurs confirmés, le tout dans un format XL, en noir et blanc et en couleur. Répétez après moi : Bile noire est beau.