Parution le 5 mars 2021

Au suivant

par Noyau

Il faut le savoir: Noyau est un salaud. Ne l’invitez pas: une fois chez vous, il s’assiéra dans un coin, ne pipera pas un mot, mais observera vos moindres gestes d’un œil aussi placide que perçant. Puis une fois rentré chez lui, il sortira ses plus belles gouaches, s’armera d’un pinceau bien trop usé, et fera de vous ou vos proches un portrait aussi beau (dans la forme) qu’acide (dans le fond). On vous prévient: Noyau est un sale type. On le voit bien dans ce livre, Au suivant, composé d’une suite de portraits qui se déploient systématiquement sur deux pages, comme celui de Melvin, qui décide de se passer de tout, mais pas de l’aide financière de ses parents; Nino, hipster barbu, qui prend tellement de soin à préparer son expresso que l’heure de l’apéro arrive avant le première tasse; ou Odile, qui ne partage pas ses théories complotistes avec son fils, car comment savoir si celui-ci n’est pas un extra-terrestre?… Méfiez-vous: Noyau est un triste sire. Pourtant, par le passé, certains éditeurs lui ont accordé leur confiance, à l’instar de Frédéric Pajak, qui, au sein des Cahiers Dessinés, a publié ses précédents livres, comme Dessins au doigt, L’Art de Vivre ou Les Doigts sales; ou encore Actes Sud, chez qui il a commis L’Œuf, en compagnie d’Anna Sommer. Des livres tous magnifiques, et c’est peut-être là que réside le mystère Noyau: comment un être aussi malfaisant et dangereux peut être également un dessinateur aussi génial? Bon, en tout cas on vous aura averti, Noyau est méchant, comme son livre. Méchant et même féroce envers ce triste monde et ceux qui le peuplent, on pourrait même dire carrément cinglant et politiquement peu correct, mais il faut bien l’admettre: à l’arrivée c’est bon, et ça fait du bien.

128 pages , quadrichromie

15.5 × 25.5 cm, cartonné

ISBN 978-2-88923-099-0

En vente dès le 5 mars 2021