Pour son dix-septième numéro, Bile noire prend encore du poids et propose ainsi un numéro de 248 pages, dont un tiers en couleurs, réunissant 28 auteurs. En plus d’être à ce jour son numéro le plus épais, ce n° 17 de Bile noire sera également le plus « international », avec des auteurs venant aussi bien d’Allemagne (Till D. Thomas), d’Israël (Gilad Seliktar), d’Espagne (Pau Masiques), d’Italie (Michelangelo Setola), de Finlande (Marko Turunen), d’Amérique du Nord (Graham Annable), de Hong Kong (Chihoi), que de Corée (Ancco, Kim Hanjo) ou même du Lichtenstein (Manfred Näscher). On y trouvera également des auteurs suisses ou français (plus ou moins) fidèles à la revue (Frederik Peeters, Pierre Wazem, Peggy Adam, Baladi, Ibn Al Rabin, Andréas Kündig, Isabelle Pralong, Guillaume Long, Big Ben, Nicolas Presl, Helge Reumann, Michaël Sterckeman) ainsi que d’autres dont ce sera la première apparition ici, voire la première apparition tout court (Rémi Cramet, Joseph Callioni, Macchia, Florian Martinez). Enfin bon bref, un gros Bile noire bourré de bonnes choses venues du monde entier.

248 pages , noir & blanc et quadrichromie

21 × 28.5 cm, broché

ISBN 978-2-940329-69-4

33.02CHF