Bile Noire 8

Par Ibn Al Rabin Baladi Sacha Goerg Jason Andréas Kündig Noyau Frederik Peeters Isabelle Pralong Olivier Quéméré Xavier Robel Pierre Wazem Nikola Witko

Bile noire

64 pages en noir & blanc

19 x 26 cm

Broché

15.50 Chf/10.20 €

ISBN 978-2-940329-42-7

Parution en mai 2000

Une fois n’est pas coutume, déroulons un tapis rouge, certes un peu poussiéreux et plein d’acariens, mais qui devrait quand même remplir sa tâche avec succès, à savoir bienvenir trois auteurs dans le giron atrabilaire: Noyau, illustrateur et directeur artistique de la revue «Vibrations», nous livre pour sa première participation une histoire trouble sur les difficiles relations entre un père et son fils. On ne peut que vous encourager à jeter un oeil sur son très beau «Fleck» (éd. L’Arrache Coeur). Olivier Quéméré, fidèle à ses thèmes de prédilection (cf. son album «Au Bistrot», éd. Pyramides), nous parle de bistrots, de la nuit, et de bistrots la nuit. Tout ça fleure bon le vieux mégot, la bouche pâteuse et les amours incongrus. Jason dessine depuis trois ans, là-haut, en Norvège, son comics à lui, «Mjau Mjau», dont est tirée la courte histoire présentée ici. On devrait bientôt pouvoir vous faire découvrir un peu plus cet auteur unique à l’univers si particulier, puisqu’un album signé de sa plume devrait voir le jour d’ici la fin de l’année, sans doute dans la p’tite collection «flegme». Le gros morceau de ce n°8 nous est une fois de plus offert par Wazem, avec la suite de ses pérégrinations bosniaques, où il nous montre avec véhémence l’étendue du fossé artificiel qui sépare les «officiels» du «peuple». On ne saurait le contredire. Préférant se faire tortue plutôt que lièvre, le recueil de ses «Promenades» devrait franchir la ligne d’arrivée en fin d’année, et non pas en mai comme on l’avait annoncé. Pour avoir une troisième version de ce voyage à Sarajevo (la deuxième étant celle de Tirabosco  parue dans le BN7), référez vous au «Rien de canard» (sic) de Alex Baladi, à paraître cet été aux éd. de la Cafetière. Un Baladi qui philosophe dans ce numéro sur les aléas de la vie. Pas vu depuis longtemps en ces pages, Xavier Robel nous balade dans un psyché pour le moins déroutant. On retrouve également Nikola Witko, qui a récemment inauguré l’adaptation du Poulpe en bande dessinée avec «La petite écuyère a cafté» chez 6 pieds sous terre, ainsi que Ibn Al Rabin, Sacha Goerg, Andréas Kündig, Frederik Peeters et Isabelle Pralong.
Comme ce blabla est sans conteste placé sous le signe d’un copinage de bon aloi, on en profite pour vous signaler la sortie aux éditions du Rouergue du magnifique «Poursuite» de Helge Reumann, activiste bien connu de notre département des ressources humaines.
Et puis tant qu’on est là, saisissons l’occasion pour lancer un appel, un appel aux quelques uns qui nous lisent. Ce n’est pas parce que l’on n’a pas d’espace dévoué aux courriers des lecteurs que ça ne nous intéresse pas. Au contraire. Loin de nous l’idée d’en faire un sondage démago-marketing; on est juste curieux. De plus, les quelques missives reçues devrait se retrouver «rapidement» sur notre site, puisqu’un petit coin leur sera dévolu. Ce site, qui n’a pas fini de ne pas être fini, devrait d’ailleurs plutôt nous servir de terrain d’expérimentation  (derrière ce lieu commun se dissimule maladroitement une grosse envie de faire mumuse) et de fourre-tout ultime pour cause de pas-de-place, que de vitrine commerciale. Ce n’est donc encore pas demain que l’on sera coté en bourse. On vous donne néanmoins rendez-vous là-bas (sur le site, hein, pas en bourse) quand vous voulez, l’adresse est là, en tout petit, en bas de la première page.

Voilà.