Sept milliards de chasseurs-cueilleurs

Par Thomas Gosselin

Collection Ichor

72 pages en quadrichromie

21 x 28 cm

Cartonné

25 Chf/18 €

ISBN 978-2-88923-014-3

Parution en novembre 2013

Avec un ton qui évoque le théâtre de l’absurde, Sept milliards de chasseurs-cueilleurs met en scène les multiples rencontres entre deux Amérindiens de tribus différentes; tandis que l’un deux, au fur et à mesure des rencontres et des expériences, devient de plus en plus «cow-boy», le second est renforcé dans son «amérindianité», les deux risquant, à chaque rencontre, de devenir des personnes encore différentes (marchand ambulant, femmes Inuit, caricaturiste, tueur à gages, etc): c’est un récit fantaisiste. Ils vont jouer des rôles différents à chaque confrontation (vengeur, voyou, frère, voyageur de temps, dragueur, etc.) à la recherche d’une définition d’eux-mêmes, enchevêtrement de multiples identités, de mutations sémantiques et de constantes cosmiques: c’est un récit-totem. A l’image des hommes, leurs histoires sont multiples et leurs puissances peuvent cohabiter en harmonie, sans s’entretuer, comme les font souvent les histoires. Peut-être qu’après une sorte d’apocalypse, tout le monde est devenu chasseur-cueilleur et les gens vivent en paix entre eux, s’entraidant pour qu’un monde idéal se construise au présent: c’est un récit pseudo-rousseauiste. Tous œuvrent alors dans la promesse d’une grande union finale nourrie de partage et d’amour fraternel, travaillant contre la désespérante solitude de chacun: c’est un récit humoristique. Thomas Gosselin est un génie, et comme tous les génies, il est fou. Son œuvre est à son image, pleine de logiques démentes, de références philosophiques, et de moments de pur bonheur de lecture, ces moments magiques qui allient franche cérébralité et humour décapant. On se retrouve dans ses livres comme perdu dans un labyrinthe fait de miroirs déformants : surpris et amusés par ce que l’on y voit, et toujours un peu inquiet de ce que ces visions pourraient dire de vrai.